Briefing : Stocktaking on the current scientific knowledge on the impacts, vulnerabilities and adaptation to climate change in Benin (in French)


Briefing : Stocktaking on the current scientific knowledge on the impacts, vulnerabilities and adaptation to climate change in Benin (in French)

The stocktaking of science-based knowledge allows on one hand to get a broad picture of the existing scientific knowledge on impacts, vulnerability, adaptation options and strategies available in Benin for the three priority sectors. On the other hand, it allows to identify the gaps regarding the availability and reliability of the scientific information in each of these sectors. The scientific information available on impacts, vulnerability, adaptation options and strategies have been collected. There have been meetings organised between the scientists and the research institutes to discuss the results and the limits and difficulties encountered. The intermediary results have highlighted that there was an uncertainty in the attribution of impacts differentiating the share of climate and non-climate shocks. Frequently, the impact chains are unclear and limited to the analysis of only one sector. In addition, socio-economic considerations are only partially taken into account in future projections, which reduces the reliability of the forecasts. The study specifically highlighted that in the health sector, the evaluation of the potential effects of climate change do not always take quantitative projections into account. PAS-PNA is aware of this gap and based on this stocktaking, it is possible to determine what additional scientific information the sectoral vulnerability studies will provide.

Briefing in French.

Contacts

– Social sciences and qualitative studies expert – Cotonou, Benin
– Agriculture and climate change expert – Cotonou, Benin

Useful Links

Download full briefing in PDF (in French)
Download full report inPDF (in French)

benin-2222345_1280.jpg

Learn more about the PAS-PNA Project

PAS-PNA Project

État des lieux des connaissances scientifiques sur le changement climatique au Bénin

Pour permettre de réduire la vulnérabilité aux changements climatiques notamment dans les Pays les Moins Avancés (PMA), les Gouvernements des Parties se sont accordés, depuis la Conférence de Cancun sur le climat en 2010, sur le processus des Plans Nationaux d’Adaptation (PNA) comme moyen pour ces derniers de recenser les besoins d’adaptation à moyen et à long terme et de définir des stratégies et programmes pour y répondre.
Le Projet d’Appui Scientifique aux processus de Plans Nationaux d’Adaptation (PAS-PNA) est mis en œuvre pour renforcer les capacités scientifiques de formulation et de mise en œuvre du processus PNA au Bénin. Cette étude réalisée dans le cadre de la composante 2 du PAS-PNA

  • Présente une synthèse et une analyse critique des connaissances scientifiques disponibles sur les aléas climatiques, les impacts des changements climatiques sur les systèmes de production et les écosystèmes naturels ainsi la vulnérabilité des systèmes socio-écologiques du Bénin ;
  • Vise à identifier les secteurs où il existe un gap de connaissance pour mieux informer la planification de l’adaptation.

Que retenir de cette étude ?

L’analyse des connaissances scientifiques disponibles a montré qu’au cours des 50 dernières années :
  • Il y a eu une évolution spatio-temporelle du climat au Bénin ;
  • Il y a un consensus sur l’évolution de la température moyenne, qui a connu une nette augmentation.
  • Il n’y a pas de tendance claire en ce qui concerne les précipitations.
    • Il y a eu une variabilité décennale des pluies, avec des décennies enregistrant des quantités de pluies au-dessus de la moyenne et d’autres de sécheresse ;
    • Il y a une tendance de baisse du nombre de jours de pluies et d’augmentation des poches de sécheresse.

Les projections climatiques futures indiquent que :

  • Avec un consensus des différents modèles climatiques, il y aura une augmentation de la température moyenne annuelle sur l’ensemble du pays, même si la magnitude varie spatialement et d’un modèle à un autre.
  • Il existe une grande incertitude en ce qui concerne les projections de la précipitation (voir Figure).
  • Certains modèles climatiques indiquent une augmentation des précipitations, tandis que d’autres prédisent une diminution des précipitations, notamment au Sud du pays.

Les principaux aléas climatiques qu’engendrent la variabilité et le changement climatique comprennent :

  • Les pluies extrêmes et la concentration des pluies sur une courte période temps, entrainant des inondations ;
  • le retard dans le démarrage de la saison des pluies ;
  • les poches de sècheresse au cours de la saison pluvieuse ;
  • les vents violents ;
  • les vagues de chaleur et
  • l’élévation du niveau de la mer.

benin-policy-scientific.png
Source : RegioClim 2018 – http://regioclim.climateanalytics.org

Le changement et la variabilité climatique ont eu et auront de sérieuses implications pour différents secteurs d’activités du pays. Par exemple :

  • Dans le secteur agricole :
    • Les impacts se traduisent par le bouleversement du calendrier cultural, la perte et/ou la baisse des rendements, la diminution des revenus des producteurs.
    • Par exemple, la fréquente baisse du rendement du maïs au Bénin est partiellement expliquée par l’augmentation de la durée des poches de sécheresse.
    • Toutes les cultures ne seront pas impactées de la même façon par les changements climatiques dans le futur. Certaines cultures vont bénéficier des nouvelles conditions tandis que d’autres perdront davantage.

  • Dans le secteur des ressources en eau :
    • Le changement et la variabilité climatique pourront entrainer la diminution de l’écoulement sur divers bassins du pays (ex. Ouémé, Niger), ralentir la recharge des nappes, et donc diminuer la quantité des ressources en eau mobilisable.
  • Dans le secteur de la santé :
    • Les connaissances disponibles indiquent que de 1960 à 2006 le taux de prévalence du paludisme a baissé ;
    • La température moyenne annuelle et la pluviométrie totale annuelle sont les deux facteurs qui expliquent cette baisse, notamment entre 1996 et 2006.

Reccomandations

L’état des lieux a révélé des insuffisances dans les connaissances actuelles limitant ainsi leur exploitation pour la planification de l’adaptation, notamment dans les secteurs de l’agriculture, des ressources en eau et de la santé.

  • Bien qu’il existe une bonne documentation de l’impact des changements climatiques sur les cultures, la compréhension actuelle des impacts pourrait s’améliorer en intégrant les dernières générations de scénarios climatiques. Aussi, cette documentation ne renseigne pas suffisamment sur la vulnérabilité actuelle et future du secteur agricole afin de faciliter la planification de l’adaptation.
  • Il existe très peu d’information sur les risques et impacts climatiques dans le secteur de la santé ainsi que sur la vulnérabilité actuelle et future du secteur.
  • L’état de la connaissance sur les ressources en eau pourrait aussi être amélioré et traduit en termes de vulnérabilité actuelle et future du secteur afin de mieux informer le processus du PNA.
    Dans un contexte où il est de plus en plus exigé de prouver la vulnérabilité climatique des secteurs de développement du pays et d’identifier des mesures d’adaptation concrètes basées sur des évidences scientifiques robustes, notamment à travers le PNA, il est important d’approfondir les connaissances sur la vulnérabilité de ces trois secteurs clés de développement du pays.